Ptérygion et pinguecula – Maladie et opération

La pinguecula et le ptérygion sont des excroissances de la conjonctive (l’enveloppe blanchâtre entourant l’iris), sur la cornée (la vitre transparente présente en avant de l’iris). La pinguecula est une excroissance jaunâtre composée d’un dépôt de protéines, de graisse ou de calcium. Le ptérygion est une excroissance de tissu charnu (avec des vaisseaux sanguins) qui peut commencer comme une pinguecula. Ces excroissances peuvent rester petites ou grossir suffisamment pour recouvrir une partie de la cornée. Lorsque cela se produit, il peut affecter votre vision. Le ptérygion et la pinguecula sont le plus souvent présents du côté du nez. Bien que la cause exacte ne soit pas connue, on pense que la pinguecula et le ptérygion sont tous deux causés par une combinaison d’exposition aux rayons ultraviolets (UV) du soleil, au vent et à la poussière.

Ptérygion

Symptômes

Bien que souvent asymptomatique, le ptérygion et la pinguecula peuvent s’inflammer et provoquer une irritation de la surface oculaire. Le patient présente dans ce genre de situations le triptyque : douleur, rougeur, photophobie (sensibilité à la lumière).

En dehors des phases de poussée, vous pouvez présenter les symptômes suivants :

  • Une tache ou une bosse jaunâtre sur le blanc de l’œil.
  • Un léger flou visuel.
  • Des yeux secs, qui grattent et brûlent.
  • Une sensation de corps étranger.

Le plus souvent, les patients consultent inquiets après avoir remarqué une excroissance apparue progressivement sur l’angle interne de l’œil. En l’absence de gène autre qu’esthétique, l’abstention est de mise.
Lorsque la lésion progresse, la vision peut être affectée par l’induction d’un astigmatisme ou l’obscurcissement de l’axe visuel : il faut traiter.

Diagnostic

  • Le diagnostic est établi par l’examen à la lampe à fente (microscope de table). L’ophtalmologue confirme la présence d’une excroissance limbique (à la frontière entre la conjonctive et la cornée), en forme de triangle, côté nez.
  • Le diagnostic est le plus souvent clair cliniquement, mais une confirmation anatomopathologique (analyse après prélèvement) est fréquemment effectuée en cas de chirurgie. En effet, il arrive de manière exceptionnelle de diagnostiquer une dysplasie (lésion précancéreuse), voire une néoplasie (atteinte cancéreuse).

Causes et facteurs de risque

  • La formation des ptérygions est fortement corrélée à l’exposition aux UV.
  • La maladie touche principalement les patients vivant dans des régions ensoleillées (Sud de la France) ou pratiquant des activités en plein air (œil du surfeur).

Prévention – Éviter la pinguecula et le ptérygion

Si vous avez un début de pinguecula ou de ptérygion, il est préférable de respecter les conseils suivants :

  • Protection solaire – Portez des lunettes de soleil indice 3 ou 4 pour protéger vos yeux des rayons ultraviolets (UV).
  • Protection extérieure – Protégez vos yeux de la poussière en portant des lunettes de vue ou des lunettes de protection.
  • Hydratez vos yeux – Utilisez des larmes artificielles lorsque vos yeux sont secs.
  • Calmez les inflammations – En cas de rougeur intense ou de douleur, consultez un ophtalmologue afin qu’il prescrive une cure courte d’anti-inflammatoires.

Traitement médical

En l’absence de poussée inflammatoire intense, le ptérygion et la pinguecula n’ont pas besoin d’être traités. Les collyres prescrits sont destinés au confort oculaire : 

  • Des gouttes hydratantes (larmes artificielles) – Lubrifier vos yeux aide à soulager l’irritation causée par la pinguecula. Les collyres aident également à soulager la sensation de corps étranger.
  • Des gouttes anti-inflammatoires – En cas de rougeur, douleur ou gonflement de l’œil, votre médecin peut vous prescrire des gouttes d’anti-inflammatoires stéroïdiens (corticoïdes) ou non stéroïdiens (type ibuprofène). Ceux-ci calmeront la rougeur et la gêne. Ils doivent cependant être utilisés de manière ponctuelle et appropriée.

La chirurgie n’est quasiment jamais nécessaire en cas de pinguecula.

Opération du ptérygion

  • La chirurgie du ptérygion consiste à retirer une excroissance bénigne de la conjonctive sur la cornée. La conjonctive est la fine membrane blanchâtre qui recouvre la partie blanche de l’œil et l’intérieur des paupières.
  • Le plus souvent, le ptérygion ne produit que peu ou pas de symptômes visuels. Si l’excroissance recouvre la cornée, s’approchant de l’axe visuel ou causant un astigmatisme, alors il faut le retirer chirurgicalement.
  • L’intervention se déroule au bloc opératoire, sous anesthésie locale. La membrane est retirée et un greffon prélevé sur une autre zone de la conjonctive est collé ou suturé afin de couvrir le trou laissé.

Avant l’opération

  • L’opération du ptérygion est une chirurgie courante et peu invasive.
  • Elle ne prend généralement pas plus de 30 minutes.
  • Une consultation préopératoire d’anesthésie est cependant souhaitable.
  • Un jeûne de 6 heures permet d’être dans de bonnes conditions anesthésiques.
  • Vous serez légèrement sédaté, un produit sera passé pour vous détendre.
  • Le retour au domicile se fera accompagné d’un proche ou d’un taxi, vous ne pourrez conduire.

À quoi s’attendre pendant l’opération du ptérygion ?

L’intervention chirurgicale du ptérygion est assez rapide et peu risquée :

  • Une anesthésie locale par gouttes permet de désinfecter l’œil et démarrer l’opération sans douleur.
  • En cas d’anxiété ou de tremblements, l’anesthésiste augmente la sédation, vous serez dans un état de semi-conscience.
  • Vous serez recouvert d’un champ stérile et ne verrez pas les instruments, ni ce que fait le chirurgien.
  • Il s’aide d’un microscope afin d’être très précis.
  • Votre chirurgien retire le ptérygion ainsi qu’une partie du tissu conjonctif malade à proximité. Pour cela il utilise des instruments microscopiques. L’opération est cependant manuelle et ne fait pas appel au laser.
  • Une fois le ptérygion retiré, votre médecin le remplace par une greffe de tissus conjonctif sain, prélevé à un endroit non malade de votre œil.
  • Cette technique permet de diminuer le risque de récidive du ptérygion.

Sutures ou colle

Une fois le ptérygion retiré, le chirurgien utilisera soit des points de suture résorbable, soit de la colle de fibrine pour fixer la greffe de tissu conjonctif colmatant la zone du ptérygion retiré.

  • La suture au fil résorbable est considérée comme la technique historique de référence. Elle entraîne cependant une plus grande gêne après l’opération et prolonge le temps de récupération.
  • La colle biologique permet de réduire l’inflammation et l’inconfort postopératoire, tout en diminuant de moitié le temps de récupération (par rapport à l’utilisation de sutures). Cependant l’utilisation de la colle est beaucoup plus coûteuse que l’utilisation de sutures. Son rapport coût efficacité est donc limité.

Convalescence et récupération

  • À la fin de l’opération, votre médecin appliquera une pommade antibiotique pour prévenir les infections et un pansement protecteur pour votre confort.
  • Il est important de ne pas frotter vos yeux après l’intervention pour éviter « d’arracher » les points de suture.
  • Les traitements comprennent un lavage au sérum physiologique, des collyres antibiotiques + anti-inflammatoires et des gouttes ou un gel hydratant pour le confort.
  • Le temps de récupération est d’environ 15 jours. Cependant la rougeur peut persister 1 à 3 mois chez certains patients.

Complications

Comme pour toute intervention chirurgicale, il existe des risques. Après l’opération du ptérygion, il est normal de ressentir une certaine gêne et des rougeurs. Il est également courant de constater un certain flou pendant la convalescence.

Les complications sont quant à elles rares :

  • La récidive – Il s’agit là de la complication la plus fréquente mais également la moins grave. Quelques années (parfois quelques mois) après l’opération, le ptérygion repousse, entraînant une récidive de la gène.
  • L’ulcère creusant – Malgré la greffe, la cicatrisation se fait anormalement et la paroi oculaire s’amincit. Une nouvelle autogreffe ou le positionnement d’une membrane cicatrisante peuvent être nécessaires.
  • La perforation – Pendant l’opération en cas de ptérygion creusant, ou quelques jours après en cas d’ulcère creusant, la paroi de la cornée ou de la sclère peuvent céder entraînant une perforation du globe. Il s’agit là d’une complication extrêmement rare mais grave.

En cas de baisse de vision brutale ou de douleur postopératoire insomniante, résistante au traitement antalgique, consultez immédiatement votre chirurgien. 

Pronostic

  • L’opération du ptérygion est extrêmement maîtrisée. Après l’opération, l’astigmatisme causé par la peau anormale régressera progressivement.
  • Les lunettes peuvent être prescrites 4 à 6 semaines après l’opération.
  • Il faudra continuer à éviter les facteurs de risque de ptérygion : protection solaire et hydratation oculaire.
  • En cas de récidive, une nouvelle opération pourra être réalisée.

Auteur

Hugo Bourdon

Le Dr Hugo Bourdon est Chirurgien Ophtalmologiste à Paris, spécialiste de la chirurgie de cataracte, rétine & glaucome. Praticien à l'Hôpital des 15-20, il renforce également les équipes du Centre Ophtalmologique Paris 17 - SOS Œil dans le cadre de la permanence de soins du cabinet.

  • Segment antérieur : cristallin, cornée et conjonctive

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le centre est actuellement {opening_status}
{patients_awaiting} en attente
Le centre est actuellement {opening_status}
{patients_awaiting} en attente
{waiting_time} d’attente avant prise en charge *

{total_time_spent} en moyenne passée(s) sur place *

* Moyennes mesurées au cours de l’heure écoulée. Ne peuvent être garanties.

Accueil URGENCES sans rdv :

8:00–21:00 semaine

9:00–19:00 week-end et jours fériés