Syndrome sec oculaire

Urgence ophtalmologique - SOS Oeil - Centre ophtalmologique Paris 17


Votre oeil démange et pique de façon chronique ? Vous supportez moins bien vos lentilles de contact ? Exposé au froid ou au vent, vous présentez parfois un larmoiement important que vous ne vous expliquez pas. Vous souffrez peut-être de sécheresse oculaire ou du syndrome de l’œil sec. Un problème rencontré fréquemment. La sécheresse oculaire est un des motifs de consultation les plus fréquent chez l’ophtalmologiste et est perçu par les patients comme une cause majeure d’inconfort.

Les symptômes

Généralement, les symptômes de la sècheresse oculaire sont les suivants : l’œil démange, picotements, sensation de sable ou de brûlure légère, rougeur de l’oeil chronique et larmoiement paradoxal.

Larmoiement paradoxal :
De nombreux patients décrivent également un larmoiement paradoxal invalidant, notamment en cas d’exposition à l’air froid, au vent. Cela est lié à un déficit qualitatif de larmes. L’oeil réagit en sécrétant une importante production lacrymale.

Les causes et facteurs de risque

La sécheresse oculaire est généralement due à une mauvaise qualité des larmes produites (déficit qualitatif), ou parfois tout simplement à une diminution de production de larmes (déficit quantitatif). Paradoxalement on peut aussi avoir les yeux secs et présenter des larmoiements.

Les femmes seraient plus sujettes à cette problématique. Mais il existe d’autres facteurs de risques favorisants : le vieillissement physiologique, les antécédents de chirurgie lasik, le travail devant les écrans, certains médicaments, la pollution atmosphérique, et les changements hormonaux notamment.

Au cours de l’examen, votre ophtalmologiste, prendra également soin de rechercher d’éventuelles pathologies associées, qui parfois aggravent ou causent la sécheresse oculaire comme :

  • Blépharite, rosacée (irritation chronique de la paupière)
  • Allergie oculaire
  • Défaut de correction optique
  • Syndrome de Gougerot Sjoren. Maladie auto immune induisant un véritable syndrome sec de toutes les muqueuses.

.

Les traitements possibles

Il est recommandé de consulter votre ophtalmologue, au moins une première fois, pour confirmer le diagnostic et s’assurer de l’absence de pathologies associées.

Si vous souffrez de sécheresse oculaire légère, votre ophtalmologue vous prescrira donc un substitut lacrymal, traitement sous forme de collyres mouillants pour vous soulager rapidement. Les larmes artificielles compenseront le déficit de larmes. Les gouttes prescrites seront choisies en fonction de votre profil, un sérum physiologique, ou film lacrymal pour un apport en lipides, voire un gel lubrifiant, plus efficace contre la sécheresse des yeux. Il est également recommandé les mesures suivantes, qui toutes contribuent dans une mesure plus ou moins importante à accroitre la sécheresse des yeux : évitez les atmosphères polluées, les produits irritants, le maquillage, la fumée de cigarette. Faites des pauses lorsque vous travaillez sur écran, réduisez climatisation et chauffage.

Dans des cas rares, votre ophtalmologiste pourra vous proposer un sondage des voies lacrymales (pour les déboucher), la pose d’un bouchon lacrymal ou la prescription d’immunosuppresseurs (cyclosporine, Ikervis). Mais les effets secondaires de ces traitements doivent faire peser la balance bénéfice/risque.

Souvenez vous surtout qu’en dehors des collyres mouillants (substituts lacrymaux) et l’éviction des substances irritantes, aucun remède miracle de la sécheresse oculaire n’existe véritablement. Les traitements les plus efficaces, les immunosuppresseurs notamment, sont lourds et induisent des effets secondaires importants.

Si vous présentez ces symptômes, il est possible de vous rendre en urgence au SOS Oeil où des consultations sans rendez-vous sont proposées 7 jours sur 7 de 8h à 22h.
La prise de rendez-vous au Centre ophtalmologique Paris 17 est également possible

CENTRE OPHTALMOLOGIQUE PARIS 17