Ophtalmologie et diabète


Vous êtes diabétique et vous interrogez sur les risques ophtalmologiques liés au diabète. Quel est le mécanisme de la rétinopathie diabétique ? Quelle est la différence entre rétinopathie périphérique et maculopathie ? Comment les traiter, ou mieux, comment les éviter ? Le Centre Ophtalmologique Paris 17 – SOS Œil fait le point sur la question.

Le diabète

Le diabète est une maladie métabolique liée à un défaut de sécrétion d’insuline. Pour diverses raisons, les cellules pancréatiques n’assurent plus correctement leur rôle de sécrétion de cette hormone qui assure le contrôle de la glycémie (taux de glucose / sucre dans le sang). Un défaut de sécrétions d’insuline induit des hyperglycémies (augmentation du taux de sucre dans le sang). Voilà pourquoi on parle de diabète sucré, dont deux principaux types existent. Le diabète le diabète de type 1 (environ 10% des cas) et le diabète de type 2 (environ 90 % des cas).

Le diabète de type 1,
est une maladie qui touche plutôt les jeunes (avant 20 ans). Il s’agit d’une maladie auto immune, dont l’hérédité est très importante. Il s’agit de diabètes souvent insulinorequérants, les malades ayant recours à l’insulinothérapie (injection d’insuline).

Le diabète de type 2,
dit non insulino-dépendant, quant à lui, apparait généralement plus tardivement, à partir de l’âge de 50 ans ou chez les personnes plus âgées. Les facteurs de risques de ce type de diabète sont principalement la sédentarité, l’hérédité, surpoids et obésité. Avant le stade d’insulino-dépendance, traité par injections d’insuline, ces malades présentent en général dans un premier temps une insulino-résistance, traitée par comprimés d’antidiabétiques oraux.

Un point sur l’hémoglobine glyquée

L’hémoglobine glyquée ou HbA1c est un marqueur de l’équilibre diabétique sur les trois derniers mois (durée de vie moyenne des hématies, dont l’hémoglobine est un constituant majeur). Sa signification diffère donc légèrement du recueil des glycémies, souvent demandées par le médecin généraliste, qui eux sont instantanés. L’hémoglobine glyquée permet une estimation de l’équilibre global du diabète. Le médecin seul peut vous indiquer votre objectif d’HbA1c en fonction de votre profil : âge, activité, etc. La majorité du temps, une HbA1c inférieure à 6,5% est requise.

Attention à l’équilibre trop rapide du diabète
A la découverte d’une rétinopathie diabétique, il est indispensable d’équilibrer le diabète, mais par trop brutalement, car cela risquerait de faire flamber la rétinopathie. L’hémoglobine glyquée sera le marqueur de cet équilibre.

Quels sont les traitements du diabète ?

1/ Règles hygiéno diététiques :
– Perte de poids, hygiène de vie, activité physique.
2/ Médicaments
– Soit par voie orale (antidiabétiques oraux)
– Soit par voie injectable (insulinothérapie).

Les complications ophtalmologiques du diabète

Les complications du diabète concernent sur le plan ophtalmologiques environ 50% des patients diabétiques. Elles seront principalement de deux types.

La rétinopathie diabétique périphérique :
Il s’agit d’une atteinte de la rétine ischémique liée à la microangiopathie thrombotique. L’hyperglycémie chronique du diabète est en effet responsable de micro thromboses (occlusions) des petits vaisseaux dont la rétine est garnie ce qui la rend particulièrement vulnérable à cette atteinte. Cette complication est parfaitement asymptomatique jusqu’à un stade très avancé. Mais elle s’observe précocement au fond d’oeil. Elle peut à son tour se compliquer de néovascularisation (pousse de vaisseaux sanguins anarchiques) conduisant à trois maladies susceptibles d’engendrer une perte de l’acuité visuelle.
– Le glaucome néo vasculaire
– Le décollement de rétine tractionnel
– L’hémorragie intravitréenne.

Rétinopathie diabiétique pré proliférante

La maculopathie diabétique :
La maculopathie diabétique est une atteinte très différente de la rétinopathie diabétique périphérique puisqu’elle touche au contraire la macula, zone centrale de la rétine (et de la vision). Elle est liée à l’hyperperméabilité capillaire, perte de « l’étanchéité » de la paroi des vaisseaux sanguins. Elle induit un œdème de la macula qui se manifestera très vite par une baisse de vision et une déformation de l’image (métamorphopsies).

Oedeme maculaire
Exudats sur Maculopathie

Comment éviter les complications ?

Eviter les complications :
Du point de vue général et quel que soit le stade du diabète, le seul moyen d’éviter les complications sont l’équilibre du diabète. Pour cela, il faut un suivi régulier avec un contrôle de la glycémie et de l’hémoglobine glyquée ainsi qu’une bonne hygiène de vie. En cas d’hypertension associée, le suivi de la tension artérielle de manière régulière est préconisée.

Dépister la rétinopathie diabétique :
Tout diabétique doit bénéficier annuellement d’un contrôle chez un ophtalmologiste. Un fond d’oeil, unique moyen de dépister la rétinopathie diabétique qui est asymptomatique, sera effectué à cette occasion. Un OCT sera également pratiqué pour dépister la maculopathie diabétique. Des examens plus poussés, comme l’angiographie rétinienne, seront parfois réalisées également. En cas de rétinopathie, le suivi et la prise en charge sera adaptée au cas par cas et fonction du stade.

Situations à risque :
La grossesse, l’adolescence, toute intervention chirurgicale et un équilibre diabétique rapide sont les principaux facteurs de risque d’aggravation brutale d’une rétinopathie diabétique déja présente. Ils nécessitent un suivi tout particulier.

Les traitements

1/ Eviter la survenue d’une rétinopathie
Comme évoqué précédemment, l’équilibre du diabète est le premier traitement de la rétinopathie pour en éviter la survenue !
En cas d’apparition d’une rétinopathie diabétique périphérique débutante, l’équilibre doit être encore plus attentif.

2/ La PPR au laser Argon pour faire régresser la rétinopathie périphérique
La Pan Photocoagulation Rétinienne (PPR) effectuée au laser Argon est recommandée en cas de rétinopathie diabétique périphérique avancée pour éviter la formation de néovaisseaux anarchiques et dangereux. Elle évite ainsi la survenue de complications telles que le décollement de rétine, le glaucome néovasculaire et l’hémorragie intravitréenne.

PPR sur rétinopathie diabétique

3/ Les injections intravitréennes pour la maculopathie
En cas de baisse de l’acuité visuelle liée à un œdème maculaire provoquée par une maculopathie diabétique, il est recommandé de procéder à des injections intravitréennes. Les molécules employés seront de deux types.
– Soit des Anti-VEGF, un produit bloquant le facteur de croissance vasculaire (VEGF) : Eylea / aflibercept – Lucentis / Ranibizumab
– Soit des anti-inflammatoires, corticoïdes à libération prolongée : Ozurdex / dexamethasone – Iluvien / acétonide de fluocinolone.

4/ Le traitement des complications
Lorsque la rétinopathie se complique de néovaisseaux le traitement dépend de la complication :
– Néovaisseaux simples : PPR
Décollement de rétine tractionnel : Chirurgie par vitrectomie
– Hémorragie intra vitréenne : surveillance ou chirurgie par vitrectomie
– Glaucome néovasculaire : PPR ou IVT.

Décollement de rétine tractionnel

Si vous présentez ces symptômes, il est possible de vous rendre en urgence au SOS Oeil où des consultations sans rendez-vous sont proposées 7 jours sur 7 de 8h à 22h.
La prise de rendez-vous au Centre ophtalmologique Paris 17 est également possible

CENTRE OPHTALMOLOGIQUE PARIS 17