Exophtalmie – Œil qui sort

L’exophtalmie est le terme médical désignant une protrusion du globe oculaire (œil qui sort). La maladie peut toucher un œil ou les deux. Elle est le plus souvent causée par une hyperthyroïdie. Le traitement repose le plus souvent sur l’équilibre de la thyroïde. En cas de complications, des injections d’anti-inflammatoires ou une chirurgie peuvent être nécessaires.

Exophtalmie

Qu’est-ce que l’exophtalmie ?

  • L’exophtalmie désigne une protrusion d’un ou des 2 yeux – L’œil sort anormalement de l’orbite.
  • La première cause est la maladie de Basedow (hyperthyroïdie).
  • Elle est le plus souvent bénigne et réversible au traitement de l’hyperthyroïdie.
  • En cas de complications inflammatoires, compression du nerf optique ou absence de fermeture de l’œil, un traitement médical ou chirurgical est indiqué.

Diagnostic de l’exophtalmie

Le diagnostic d’exophtalmie est clinique et souvent présenté directement par le patient. Le bilan clinique de l’exophtalmie chez l’ophtalmologue comprend ensuite :

  • Un examen de la motricité oculaire.
  • Une évaluation de la fermeture palpébrale.
  • Au besoin une mesure de l’exophtalmie à l’exophtalmomètre de Hertel.
  • Une évaluation de l’inflammation de la surface oculaire à la lampe à fente.

Le bilan causal sera ensuite réalisé auprès d’un radiologue et au laboratoire;

  • IRM cérébrale et du massif facial pour mesurer l’exophtalmie et rechercher une atteinte de l’orbite : hypertrophie des muscles oculomoteurs, tumeur orbitaire,…
  • Bilan sanguin – À la recherche d’une hyperthyroïdie

En cas d’hyperthyroïdie, vous serez adressé à un endocrinologue afin de mettre en place le traitement adéquat. L’ophtalmologue surveillera l’évolution de l’exophtalmie.

Quand consulter ?

  • Consultez un ophtalmologue si vous remarquez que l’un de vos yeux ou les deux sont saillants.
  • Il est important d’identifier la cause, car si un traitement est nécessaire, il est souvent plus efficace s’il est entrepris le plus tôt possible.

Symptômes

L’exophtalmie est le plus souvent asymptomatique ! Certains patients rapportent cependant ressentir :

  • Une sensation de pesanteur ou de gêne oculaire.
  • Des épisodes de rougeur.
  • Des épisodes de diplopie (vision double).
  • Des difficultés au clignement.
  • Des symptômes d’irritation oculaire, rougeur, sensation de grain de sable.
  • Une baisse de vision (rare).

Causes de l’exophtalmie

  • La première cause d’exophtalmie dans les pays développés est l’hyperthyroïdie auto-immune, dite maladie de Basedow.
  • L’exophtalmie est retrouvée chez ⅓ des patients souffrant de maladie de Basedow, à des degrés de gravité variable.
  • Des anticorps sécrétés par le corps attaquent la thyroïde et lui envoient des signaux anormaux de stimulation.
  • Le système immunitaire s’attaque aussi par réaction croisée à la graisse et aux muscles orbitaires, entraînant une inflammation, un œdème et une protrusion des 2 globes oculaires vers l’avant.

L’exophtalmie peut également avoir d’autres causes, mais elles sont généralement moins fréquentes :

  • Un traumatisme orbitaire, notamment la fracture du plancher de l’orbite.
  • Un saignement derrière le globe – Rupture de varice orbitaire ou fistule carotido-caverneuse.
  • Une infection du tissu de l’orbite – Dite cellulite orbitaire
  • Des tumeurs cancéreuses.

Traiter l’exophtalmie

Le traitement de l’exophtalmie est tout d’abord celui de sa cause. Dans le cas de l’exophtalmie dysthyroïdienne, les traitements indiqués sont : 

  • Antithyroïdiens – Médicaments pour corriger l’activité de la thyroïde. Ils réduisent le taux d’hormones thyroïdiennes dans votre sang. Cela n’améliore pas nécessairement les problèmes oculaires, notamment à l’introduction des traitements, mais peut empêcher leur aggravation.
  • Anti-inflammatoires – Injections de corticoïdes par voie intraveineuse pour réduire l’inflammation de l’orbite.
  • Décompression orbitaire – Chirurgie parfois pratiquée en urgence en cas de compression du nerf optique, ou de manière programmée en cas de mal occlusion des paupières.
  • Collyres de confort – Des collyres hydratants et cicatrisants permettent de réduire la sécheresse et la gêne liée aux anomalies de clignement générées par la maladie.

Dans les autres atteintes, le traitement varie également en fonction de la cause. Par exemple, la radiothérapie, la chimiothérapie et/ou la chirurgie peuvent être recommandées si l’exophtalmie est causée par une tumeur.

Complications de l’exophtalmie

  • En cas d’exophtalmie sévère, les yeux ne ferment plus au clignement volontaire. En l’absence d’occlusion palpébrale, la cornée est en permanence exposée, sèche et souffre.
  • Les patients peuvent donc présenter un ulcère d’exposition, des douleurs intenses, et une vision floue. En l’absence de traitement, des séquelles peuvent persister !
  • Les cas où le globe oculaire sort de l’orbite pendant quelques minutes avant de se réintégrer sont exceptionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le centre est actuellement {opening_status}
{patients_awaiting} en attente
Le centre est actuellement {opening_status}
{patients_awaiting} en attente
{waiting_time} d’attente avant prise en charge *

{total_time_spent} en moyenne passée(s) sur place *

* Moyennes mesurées au cours de l’heure écoulée. Ne peuvent être garanties.

Accueil URGENCES sans rdv :

8:00–21:00 semaine

9:00–19:00 week-end et jours fériés