La Conjonctivite Allergique


C’est le printemps, la saison des pollens ou même le début de l’été et vos yeux sont rouges, ils piquent ou bien vous démangent ? Peut-être êtes vous asthmatique ou bien-même présentez-vous un terrain atopique connu ? Il est possible que vous souffriez d’une allergie oculaire saisonnière !

Les allergies oculaires sont très fréquentes. Soyez rassuré, la majorité d’entre elles sont bénignes et même si elles sont très désagréables, elles n’entrainent pas de troubles graves. Plus de la moitié d’entre elles sont de nature saisonnière, cela signifie qu’elles reviennent chaque année à la même saison. Les allergènes responsables de ces allergies sont très variés et parfois il peut être difficile de découvrir rapidement l’allergène en cause. Toutefois, les allergènes les plus courants sont le pollen (de graminées, d’arbres et d’herbacées), les poils d’animaux de compagnie (chiens, chats et rongeurs), les acariens et les moisissures.

Les différents types d’allergies oculaires

Les conjonctivites saisonnières :

Elles sont provoquées généralement par les pollens de graminées, d’arbres ou d’herbacées qui se libèrent dans l’air de manière importante à certaines périodes de l’année, les acariens mais aussi par les poils des animaux de compagnie.

Les conjonctivites perannuelles :

Elles peuvent être répétées tout au long de l’année avec des allergènes présents en permanence  dans votre environnement comme les acariens contenus dans les poussières domestiques ou encore des moisissures atmosphériques.

La kératoconjonctivite vernale :

La kératoconjonctivite vernale est une forme très particulière et très importante de conjonctive de l’enfant (4 à 10 ans). Elle apparaît souvent au printemps et touche plus fréquemment les garçons. Il s’agit d’une inflammation allergique de l’oeil au niveau de la conjonctive et de la cornée. Elle se caractérise par des yeux rouges, un prurit (démangeaisons), une sensibilité à la lumière. Souvent, les irritations s’exacerbent avec les frottements des yeux. Cette maladie s’atténue souvent avec l’âge et disparait le plus souvent à l’adolescence. Dans certains cas, la kératoconjonctivite vernale se complique de véritables ulcères de la cornée (kératite). Quelle qu’en soit le stade, le traitement de la kératoconjonctivite vernale doit être suivi avec attention. Il consiste en des lavages oculaires, l’administration de collyres anti allergiques (anti histaminiques) au long cours associés à des cures courtes de corticoides en collyres. 

Les causes

Les allergies sont des réactions anormales de l’organisme lorsqu’il est en contact d’un corps étranger : l’allergène. Le système immunitaire se comporte comme si l’allergène était un antigène dangereux (alors que ce n’est pas le cas) et se défend en produisant des anticorps et des lymphocytes sensibilisés contre cet allergène. Cela provoque des réactions d’hypersensibilité immédiates avec les symptômes cités précédemment. Les patients sont parfois poly-sensibilisés, c’est à dire qu’ils sont allergiques à plusieurs allergènes. La plupart du temps, les personnes allergiques ont des prédispositions génétiques. Il est courant que dans une même famille, plusieurs membres aient des manifestations allergiques comme de l’eczéma ou de l’asthme.

Pourquoi consulter ?

Les conjonctivites allergiques sont bénignes. Cependant certaines formes peuvent nécessiter l’avis d’un ophtalmologue. C’est le médecin spécialiste le plus habilité à prescrire des collyres à base d’anti-histaminiques et à expliquer aux parents la conduite à tenir dans le cas de conjonctivites de l’enfant. Les anti-histaminiques sont des médicaments qui aident à la disparition des symptômes et d’améliorer la qualité de vie des personnes souffrants d’allergies.

Conduite à tenir

En cas d’allergies oculaires, il est important de consulter un ophtalmologue afin de préciser le diagnostic et de mettre en place le traitement le plus adapté. Souvent un collyre à base d’anti-histaminiques afin d’effectuer des lavages oculaires plusieurs fois par jour.

L’éviction de l’allergène est la première chose à faire, lorsque cela est possible. Pour cela, il faudra prêter attention à son environnement lorsque les réactions allergiques se répètent.

Plus facile à dire qu’à faire mais très important, il faudra éviter de toucher les yeux et de céder à la tentation de les gratter lorsqu’ils démangent. Pour les femmes, pendant cette période, il faudra oublier le maquillage pendant quelques jours pour ne pas irriter davantage les yeux.

Enfin, votre ophtalmologue pourra prescrire du sérum physiologique et des collyres pour aider à la réduction voire à la disparition totale des symptômes.

Les formes particulières d’allergie oculaire plus rares comme la kératoconjonctivite vernale nécessitent souvent une prise en charge médicamenteuse par corticoïdes en collyres. Il est important de suivre scrupuleusement la prescription de votre ophtalmologue afin d’éviter les complications.

Si vous présentez ces symptômes, il est possible de vous rendre en urgence au SOS Oeil où des consultations sans rendez-vous sont proposées 7 jours sur 7 de 8h à 22h.
La prise de rendez-vous au Centre ophtalmologique Paris 17 est également possible

CENTRE OPHTALMOLOGIQUE PARIS 17