Choisir ses lunettes

En France, prescription et vente de lunettes sont deux métiers dissociés. Les ophtalmologistes assurent la prescription des lunettes et les opticiens leur commercialisation. En l’absence de trouble visuel sévère, il est possible pour l’opticien d’ajuster vos corrections sans repasser par l’ophtalmologiste. Il se basera sur l’ordonnance initiale et effectuera les ajustements nécessaires. Attention cependant, les ordonnances ont une durée de validité de 1 à 5 ans en fonction de votre âge. L’ophtalmologue réalise donc une prescription de correction mais l’opticien est le conseiller technique et commercial sur le type de verres.

Les différents types de verres correcteurs

Il existe des milliers de montures et de styles différents de lunettes. Concernant les propriétés optiques des verres, celles-ci peuvent être réduites à deux :

  • Les verres monofocaux – Corrigent la vision pour une distance donnée.
  • Les verres multifocaux – Progressifs ou double foyer – Corrigent la vision à plusieurs distances : loin, intermédiaire, près.

Zoom sur les verres progressifs

  • Les verres progressifs corrigent la presbytie, c’est-à-dire la perte d’accommodation liée à l’âge. La vision de loin est en haut du verre, intermédiaire au milieu du verre, et de près en bas du verre.
  • Les côtés du verre sont des zones de transition, elles sont donc floues.
  • Il y a donc un temps d’adaptation à ces verres, afin de savoir où regarder pour être nette.
  • Par exemple, en conduisant, la route sera nette en haut du verre, le tableau de bord en baissant légèrement les yeux, par contre il faudra tourner la tête et non simplement bouger les yeux pour regarder dans les rétroviseurs, car vos yeux regarderont dans la zone de transition !

Les différents types de lunettes

Il arrive de classer les lunettes en fonction de leur utilisation. Si les lunettes classiques, portées en permanence n’ont pas de nom particulier, il arrive de prescrire :

Les lunettes de repos

  • Ces lunettes compensent une légère myopie ou un petit astigmatisme afin d’améliorer le confort visuel en vision de près. Elles sont destinées aux patients voyant 10/10 sans lunettes mais présentant des symptômes de fatigue visuelle (asthénopie).
  • Il convient de porter les lunettes dès que l’on commence à travailler et non simplement quand la fatigue s’installe car il est déjà trop tard !

Les lunettes loupes

  • Les patients dits « emmétropes », c’est-à-dire présentant une vision de loin parfaite sans lunettes, deviennent gênés en vision de près à partir de l’âge de 42-44 ans. Il s’agit de la presbytie
  • Afin de compenser la perte d’accommodation rendant la vision de près floue, il est possible d’acheter une petite paire de lunettes dites loupes.
  • Ces lunettes ont des verres grossissants tout simples (comme des verres d’hypermétrope), permettant d’améliorer la vision de près. Plus l’âge avance, plus la correction devra être importante (de +0,75 à +3,00).
  • Disponibles sans ordonnance, ces lunettes n’abîment pas pour autant les yeux !

Matériaux des verres – Légèreté et solidité

  • Les verres sont actuellement principalement réalisés en plastiques composites, légers et résistants. Les verres en verre ont quasiment disparu.
  • Les principaux matériaux sont le polycarbonate et le trivex. Les verres en plastique sont moins susceptibles de se briser. De plus, ils présentent une capacité naturelle à bloquer les rayons UV.

Les verres amincis

  • En cas de forte correction, il est possible de jouer sur les matériaux des verres et leur découpe afin de limiter l’épaisseur des verres. On parle dans ce cas de verres amincis.
  • L’objectif est d’éviter l’aspect “cul de bouteille” causé par des verres épais.
  • Plus techniques, un surcoût est généralement à prévoir.

Traitement des verres – Couches protectrices

Il existe des revêtements protecteurs pour les lunettes afin de protéger vos yeux. Les plus fréquemment utilisés sont :

Filtre lumière bleue

  • Souvent vendus comme protecteurs des écrans et améliorant le confort visuel, les filtres lumière bleue n’ont jamais démontré scientifiquement ces capacités.
  • Initialement développés pour prévenir la dégénérescence maculaire liée à l’âge qui serait favorisée par la lumière bleue des rayonnements UV, son détournement commercial n’en a pas moins aucune base scientifique sérieuse.

Concernant les filtres lumière bleue, il faut retenir :

  • Ils jaunissent la vision des couleurs et sont déconseillés en cas de métier graphique.
  • Leur efficacité sur la fatigue visuelle est nulle. La correction optique apportée par le verre soulage votre vision et non le filtre.
  • La toxicité de la lumière bleue est démontrée à très forte intensité chez la souris en laboratoire, n’est pour autant pas démontrée chez l’humain à la dose homéopathique délivrée par les écrans numériques.

Traitement antireflet

  • Les traitements antireflet limitent les effets de bord de verre, notamment en cas de fort contraste (lumière dans la nuit).
  • Le traitement du verre évite également la réverbération de la lumière, ce qui améliore la qualité visuelle et diminue l’éblouissement.
  • Ces revêtements sont particulièrement utiles pour les personnes gênées par l’éblouissement des phares et autres lumières lorsqu’elles conduisent la nuit.

Filtre polarisant

  • En cas de conduite nocturne ou de travail en situation de très faible contraste (neige par exemple), il est possible de diminuer encore plus les reflets en utilisant des filtres polarisants.
  • Ces filtres réorientent les faisceaux lumineux de manière parallèle dans le verre afin de limiter l’éblouissement.

Filtre ultraviolet (UV)

  • Un revêtement ultraviolet aide à protéger vos yeux contre les rayons du soleil. Ce type de revêtement peut ne pas être nécessaire sur certains types de verres en plastique composite, car la matière bloque naturellement ces rayonnements.
  • Les lunettes de soleil sur ordonnance offrent également une protection contre les UV.

Filtres photochromiques

  • Les personnes qui préfèrent une paire de lunettes pour l’intérieur et l’extérieur peuvent demander des verres photochromiques. La teinte de ces verres s’ajuste automatiquement en fonction de l’exposition à la lumière, avec une teinte plus foncée à la lumière du soleil et une teinte plus claire à l’intérieur.
  • Un inconvénient est que les verres photochromiques ne fonctionnent pas bien dans les voitures ou les avions, car ces vitres bloquent déjà les rayonnements lumineux responsables des changements de teintes des verres.
  • De plus, il faut parfois plusieurs secondes pour que la teinte des verres passe du foncé au clair.

Remboursement des filtres

  • Les filtres augmentent les prix des verres mais ne donnent lieu à aucun remboursement supplémentaire.
  • Le choix de la qualité de vos verres et de leurs traitements fait donc l’objet d’une négociation commerciale, entre vos besoins/envies et les tarifs pratiqués par l’opticien.
  • Il est cependant utile de se rappeler qu’une correction optique bien adaptée est plus importante qu’un filtre.

Prix des lunettes

  • Les lunettes ne sont soumises à aucune régulation tarifaire. Tous les prix peuvent donc être pratiqués.
  • Longtemps considérés comme un produit d’accès aux marques de luxe, les tarifs pratiqués augmentent artificiellement le prix des mutuelles. Un plafonnement des remboursements a cependant permis de limiter l’envolée des prix ces dernières années.
  • En France, les opticiens sont tenus de proposer une gamme dite “100% santé”. Il s’agit de verres + montures standardisées permettant une correction optique adaptée, sans option supplémentaire.

Le prix d’une paire de lunettes est donc un savant mélange de :

  • Coût de fabrication des montures, standardisée en usine ou manuelle de créateur.
  • Coût des verres : fabrication, brevets et complexité technique.
  • Coûts du magasin d’optique : boutique, communications, gestion,..
  • Coûts de l’opticien : conseil de vente, commande des verres, montage, entretien,…
  • Investir dans une paire de lunettes dépend donc de votre budget et du plaisir que vous souhaitez mettre à les choisir et les porter.
  • Vous en trouverez pour tous les goûts et tous les prix. Cependant les normes européennes sont faites de manière à ce qu’aucun verre, même d’entrée de gamme n’abîment vos yeux !

Auteur

Dr Romain Jaillant

Le Dr Jaillant est chirurgien ophtalmologue spécialiste de la rétine (médicale et chirurgicale), du glaucome et de la chirurgie réfractive (myopie, hypermétropie, astigmatisme et presbytie). Il opère également la cataracte.

  • Actualité
  • Articles d'information médicale ophtalmologiques
  • Glossaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le centre est actuellement {opening_status}
{patients_awaiting} en attente
Le centre est actuellement {opening_status}
{patients_awaiting} en attente
{waiting_time} d’attente avant prise en charge *

{total_time_spent} en moyenne passée(s) sur place *

* Moyennes mesurées au cours de l’heure écoulée. Ne peuvent être garanties.

Accueil URGENCES sans rdv :

8:00–21:00 semaine

9:00–19:00 week-end et jours fériés