Les amétropies – Myopie hypermétropie astigmatisme et presbytie

Les amétropies désignent les troubles de la vision pouvant être corrigés par lunettes, lentilles ou chirurgie réfractive. Elles sont au nombre de 4 : la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme et la presbytie. Elles désignent respectivement un œil trop long, trop court, asymétrique et ayant perdu ses capacités d’accommodation. Toutes entraînent des troubles de la vision différents : vision floue, fatigue, de loin et/ou de près.

Amétropies

Qu’est-ce qu’une amétropie ?

  • Une amétropie est une anomalie de la focalisation de l’image sur la rétine. Cela veut dire que les signaux lumineux captés par l’œil et successivement déviés par la cornée et le cristallin, viennent se projeter en avant ou en arrière de la rétine.
  • Afin de les corriger une lentille correctrice convergente ou divergente doit être apposée devant. Cela peut-être un verre de lunettes, une lentille de contact ou par chirurgie réfractive (en remodelant la corne par exemple).
  • Les amétropies sont à distinguer de l’œil emmétrope, pour lequel les images se focalisent naturellement directement sur la rétine.

Œil emmétrope – Œil parfait

  • Pour mémoire, le fonctionnement de l’œil peut être assimilé à une chambre noire, comme celle utilisée dans les appareils photographiques, la pupille étant le diaphragme et la rétine la pellicule.
  • Lorsqu’un œil est normal, l’image d’un objet se forme exactement sur la rétine. Ni trop en avant, ni trop en arrière.
  • Cela correspond à un œil emmétrope. Dans tous les autres cas, l’œil est dit amétrope.
Œil émmétrope
Œil emmétrope

Les principales amétropies

  • Myopie – Si l’image se forme en avant de la rétine (œil trop long). La vision sera floue en vision de loin, nette en vision de près.
  • Hypermétropie – Si l’image se forme en arrière de la rétine (œil trop court). La vision sera bonne de loin (pas en cas d’hypermétropie forte), floue de près (ou fatigue visuelle, dite asthénopie).
  • Astigmatisme – Si au lieu d’être parfaitement sphérique, l’œil est légèrement ovale, comme un ballon de rugby plutôt que de football. L’image sera constamment légèrement floue.
  • Presbytie – Avec l’âge, le défaut d’accommodation (mise au point, qui est permise par le cristallin) gêne la vision de près.

Notions d’acuité visuelle et de correction optique

La confusion est souvent faite entre acuité visuelle et correction optique.

  • L’acuité visuelle : Elle s’exprime en dixièmes et se mesure, avec ou sans correction, à la taille des lettres lues lors de l’examen. Dix dixièmes par exemple, noté 10/10, correspond à un angle de résolution maximal d’une minute d’angle. Elle ne figure le plus souvent pas sur l’ordonnance de lunettes !
  • La correction optique : Elle correspond à la mesure de votre « amétropie » et donne la valeur des verres à porter pour corriger ce trouble visuel.

Myopie – Œil trop long / fort

  • La myopie se caractérise par une image qui se forme en avant de la rétine car la puissance de convergence de l’œil est trop importante pour sa longueur. En général il s’agit d’yeux de grande taille physique.
  • La vision de loin est floue, en revanche la vision de près est possible. La correction de la myopie vise à restaurer une vision nette de loin et peut se faire par le port de lunettes, de lentilles de contact, ou bien par une intervention chirurgicale.
  • Le port des lunettes est recommandé essentiellement en vision de loin pour restaurer la netteté.

Myopie et surcorrection :

Une légère surcorrection est souvent appréciée en termes de netteté, mais pourvoyeuse céphalées (maux de tête) et inconfort sur le long terme. Vous êtes probablement surcorrigé si vous êtes myopes et : 

  • Ressentez le besoin de retirer vos lunettes en fin de journée pour lire.
  • Avez des maux de tête le soir après avoir travaillé.
  • Voyez flou de loin après le travail.

Hypermétropie – Œil trop court / qui force

  • L’hypermétropie se caractérise par une image qui se forme en arrière de la rétine car la puissance de convergence de l’œil est trop faible pour sa longueur. En général il s’agit d’yeux de petite taille physique.
  • Un effort d’accommodation est possible pour faire converger les rayons lumineux sur la rétine. Plus l’objet observé est proche, plus cet effort est important. Voilà pourquoi l’hypermétropie se caractérise par une gêne essentiellement en vision de près.
  • Les symptômes peuvent être perçus comme une fatigue visuelle ou un authentique flou et la perception de devoir « faire la mise au point », ce qui correspond à l’accommodation.
  • La correction de l’hypermétropie vise à réduire l’effort accommodatifs responsable de la gêne et peut se faire par le port de lunettes, de lentilles de contact, ou bien par une intervention chirurgicale.

Les lunettes de repos

  • En cas de faible puissance, la correction est dite de « repos ».
  • Le port est recommandé essentiellement en vision de près et au travail prolongé.
  • L’objectif est de réduire les efforts d’accommodation dès le début de la journée, afin de limiter les symptômes de fatigue visuelle (asthénopie) en fin de journée.
  • Porter vos lunettes dès le matin en commençant ) travailler.

Correction optique totale

  • En cas d’hypermétropie importante de l’enfant, il est important de corriger toute l’hypermétropie avec des lunettes à porter en permanence.
  • L’objectif est de relâcher totalement l’accommodation afin de l’aider à bien développer sa vision.
  • La correction optique totale est le traitement de l’amblyopie.

Astigmatisme – Œil asymétrique / flou

  • L’astigmatisme se caractérise par un œil de forme légère ovale au lieu d’être parfaitement sphérique.
  • Grossièrement, l’œil a une forme plus proche de celle d’un ballon de rugby que d’un ballon de football.
  • De près, comme de loin, la vision est floue et les lettres se confondent.
  • Notons qu’au contraire de la myopie et l’hypermétropie qui s’opposent et ne peuvent donc pas être présentées par le même œil, l’astigmatisme peut s’ajouter à l’un ou l’autre (myopie + astigmate ou hypermétrope + astigmate).
  • L’astigmatisme est défini par deux valeurs : Sa puissance (son importance) et son axe, notées de la manière suivante (-2,00 à 180°) se lisant astigmatisme de 2 dioptries à 180°.

Notion d’astigmatisme régulier et irrégulier

  • L’astigmatisme régulier (direct ou indirect) est le plus couramment rencontré. Dans ce cas la courbure cornéenne est homogène. Il se corrige par lunettes, lentilles de contact ou chirurgie réfractive.
  • L’astigmatisme irrégulier est plus rare mais aussi plus difficile à corriger. Il se rencontre en cas de maladies comme le kératocône. Dans ce cas, la cornée est irrégulière et seules les lentilles rigides corrigent efficacement ce trouble s’il est important.

Presbytie – Œil qui n’accommode plus

  • La presbytie, indépendante des trois troubles rétractifs précédents, s’ajoute avec l’âge. Elle est liée à la perte d’accommodation qui survient autour de 45 ans le plus souvent.
  • En cas de myopie, elle est souvent plus tardive, mais plus précoce en cas d’hypermétropie. Elle peut se corriger par lunettes, lentilles de contact, intervention chirurgicale.

Les verres progressifs

  • Le choix des lunettes sera celui d’une paire en vision de près uniquement si la gêne ne se manifeste que de près. Pour les patients présentant un autre trouble visuel comme la myopie ou l’astigmatisme, les verres progressifs seront indiqués.
  • Ils permettent la fois la vision de loin et de près.
  • Le port des lentilles de contact est possible, mais difficile. En effet, l’adaptation est souvent longue et le résultat n’est pas garanti car ces lentilles, dites multifocales, induisent un inconfort qui n’est pas toléré par tous les patients. D’autres méthodes de correction comme la « bascule » sont également possibles.
  • La chirurgie est possible. Il convient d’en parler avec votre ophtalmologiste.

Correction des troubles rétractifs

Les lunettes correctrices – Lunettes de vue

Les lunettes peuvent avoir différentes utilités. Au-delà du cas des lunettes protectrices et lunettes de soleil, leur rôle dans la correction des troubles rétractifs est le suivant :

  • Dans le cas la myopie elles visent à restituer la netteté de l’image, en vision de loin essentiellement.
  • Dans le cas de l’hypermétropie, elles visent à reposer les yeux, en vision de près essentiellement.
  • Dans le cas de l’astigmatisme, s’il est faible, elles visent à reposer les yeux, s’il est fort à restituer la netteté de l’image.
  • Dans le cas de la presbytie, elles visent à corriger la vision de près.

Questions fréquentes

  • Votre correction doit être portée dans les cas constituant la gêne pour laquelle vous les avez sollicitées. Sauf cas rares, décrits dans le chapitre suivant, il n’est pas préjudiciable de ne pas porter une correction, en dehors du fait que vous ne serez pas soulagés du trouble qu’elles corrigent.

    • Myopie : Vous êtes légèrement myope par exemple, et n’êtes pas gêné dans certaines activités, au travail par exemple. Dans ce cas, il n’est pas délétère de ne pas porter vos lunettes dans ce contexte. Vous pourrez par exemple vous contenter de les porter en cas de conduite ou au cinéma.
    • Hypermétropie : Si une paire de lunettes vous a été prescrite pour fatigue oculaire, vous devriez porter vos lunettes uniquement dans les circonstances provoquant la gêne, en l’occurrence la sollicitation de votre vue en vision rapprochée.
    • Astigmatisme: idem.
    • Presbytie : idem. Ce n’est pas parce que des verres progressifs vous ont été prescrits, qu’il devient indispensable de les porter « tout le temps ». Contentez-vous de les porter dans les situations qui provoquent votre gêne.

  • Certaines situations relèvent d’un port OBLIGATOIRE des lunettes, parmi lesquels :

    • Enfant d’âge inférieur à 6 / 8 ans : Dans cette situation, les lunettes sont souvent prescrites en cas d’amblyopie et/ou de strabisme afin de les rééduquer. Le port est alors absolument indispensable tel qu’il a été prescrit par votre ophtalmologiste, en général du matin au soir sans interruption. Parlez en à votre ophtalmologiste.
    • Strabisme : Certains strabismes nécessitent une correction optique adéquate permanente pour se stabiliser. Parlez-en à votre ophtalmologiste.
    • Myopie évolutive et enfance : Certaines études montrent qu’une sous-correction et/ou le non-port d’une correction optique adaptée durant l’enfance est un facteur de risque d’accroissement de cette myopie.
    • Autres cas : Protection solaire, protection lors de travaux à risque de projection…

    • Sur votre prescription, la sphère est la valeur indiquée avant les parenthèses. Notée en négatif, elle correspond à la puissance de la myopie, notée en positif, elle correspond au degré d’hypermétropie.
    • Les valeurs entre parenthèses correspondent à l’astigmatisme. L’axe est noté en degré (°) , sa puissance précédée d’un signe négatif (ou positif selon la nomenclature employée).
    • Le dernier chiffre, précédé de la mention Add correspond à l’addition, valeur de la correction à apporter pour corriger la presbytie.
    • Exemples :

      • – 3,00 = Myopie de 3 dioptries
      • + 3,00 = Hypermétropie de 3 dioptries
      • (-3,00 à 180°) = Astigmatisme de 3 dioptries dont l’axe est de 180°.
      • Add +3,00 = Addition de 3 dioptries.
      • Lecture d’une « formule » de lunettes :
        -4,00 (-2,00 à 180) Add +2,5 se lit de la façon suivante : Myopie de 4 dioptries, astigmatisme de 2 dioptries à 180°, addition de 2,5 dioptries.

  • La lumière bleue fait l’objet de nombreux fantasmes : toxicité, fatigue visuelle, myopie,… Afin de la démystifier, un article lui est consacré ici.

1 commentaire

  • outman picture

    Très bonne article ravie de le lire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le centre est actuellement {opening_status}
{patients_awaiting} en attente
Le centre est actuellement {opening_status}
{patients_awaiting} en attente
{waiting_time} d’attente avant prise en charge *

{total_time_spent} en moyenne passée(s) sur place *

* Moyennes mesurées au cours de l’heure écoulée. Ne peuvent être garanties.

Accueil URGENCES sans rdv :

8:00–21:00 semaine

9:00–19:00 week-end et jours fériés