Œil emmétrope / Œil amétrope

Myopie, hypermétropie, astigmatisme et presbytie sont les quatre principaux troubles de la réfraction, scientifiquement désignés sous le terme « d’amétropies ». Le Centre Ophtalmologique Paris 17 – SOS Œil vous propose ses explications pour y voir plus clair.

Fonctionnement d’un œil emmétrope.

Oeil amétrope (myopie)

Le principe du sténopé (chambre noire)

Pour mémoire, le fonctionnement de l’œil peut être assimilé à un chambre noire, comme celle utilisée dans les appareils photographiques, la pupille étant le diaphragme et la rétine la pellicule. Lorsqu’un œil est normal, l’image d’un objet se forme exactement sur la rétine. Ni trop en avant, ni trop en arrière. Cela correspond à un œil emmétrope. Dans tous les autres cas , l’œil est dit amétrope.

Les principales amétropies :

  • Si l’image se forme en avant de la rétine (œil trop long), on parle de myopie. La vision sera floue en vision de loin, nette en vision de près.
  • Si l’image se forme en arrière de la rétine (œil trop court), on parle d’hypermétropie. Le vision sera bonne de loin (pas en cas d’hypermetropie forte), floue de près (ou fatigue visuelle, dite asthénopie)
  • Si au lieu d’être parfaitement sphérique, l’œil est légèrement ovale, comme un ballon de rugby plutôt que de football, on parle d’astigmatisme.
  • Avec l’âge, le défaut d’accommodation (mise au point, qui est permise par le cristallin) gêne la vision de près. On parle de presbytie.

Myopie

La myopie se caractérise par une image qui se forme en avant de la rétine car la puissance de convergence de l’œil est trop importante pour sa longueur. En général il s’agit d’yeux de grande taille physique. La vision de loin est floue, en revanche la vision de près est possible. La correction de la myopie vise à restaurer une vision nette de loin et peut se faire par le port de lunettes, de lentilles de contact, ou bien par une intervention chirurgicale. Le port des lunettes est recommandé essentiellement en vision de loin pour restaurer la netteté.

Myopie et surcorrection :
Une légère surcorrection est souvent appréciée en terme de netteté, mais pourvoyeuse céphalées (maux de tête) et inconfort sur le long terme.

Hypermétropie

L’hypermétropie se caractérise par une image qui se forme en arrière de la rétine car la puissance de convergence de l’œil est trop faible pour sa longueur. En général il s’agit d’yeux de petite taille physique. Un effort d’accommodation est possible pour faire converger les rayons lumineux sur la rétine. Plus l’objet observé est proche, plus cet effort est important. Voilà pourquoi l’hypermétropie se caractérise par une gêne essentiellement en vision de près. Les symptômes peuvent être perçus comme une fatigue visuelle ou un authentique flou et la perception de devoir « faire la mise au point », ce qui correspond à l’accommodation. La correction de l’hypermétropie vise à réduire l’effort accommodatif responsable de la gêne et peut se faire par le port de lunettes, de lentilles de contact, ou bien par une intervention chirurgicale.

Lunettes de repos :
En cas de faible puissance, la correction est dite de « repos » . Le port est recommandé essentiellement lorsque la gêne se manifeste, en vision de près.

Astigmatisme

L’astigmatisme se caractérise par un œil de forme légère ovale au lieu d’être parfaitement sphérique. Grossièrement, l’œil a une forme plus proche de celle d’un ballon de rugby que d’un ballon de football. De près, comme de loin, la vision est floue et les lettres se confondent. Notons qu’au contraire de la myopie et l’hypermétropie qui s’opposent et ne peuvent donc pas être présentées par le même œil, l’astigmatisme peut s’ajouter à l’un ou l’autre (myopie + astigmate ou hypermétrope + astigmate). L’astigmatisme est défini par deux valeurs : Sa puissance (son importance) et son axe, notées de la manière suivante (-2,00 à 180°) -> astigmatisme de 2 dioptries à 180°.

Notion d’astigmatisme régulier et irrégulier :
L’astigmatisme régulier (direct ou indirect) est le plus couramment rencontré. Dans ce cas la courbure cornéenne est homogène. Il se corrige par lunettes, lentilles de contact ou chirurgie réfractive.
– L’astigmatisme irrégulier est plus rare mais aussi plus difficile à corriger. Il se rencontre en cas de maladies comme le kératocone. Dans ce cas, la cornée est irrégulière et seules les lentilles rigides corrigent efficacement ce trouble s’il est important.

Presbytie

La presbytie, indépendante des trois troubles rétractifs précédant, s’y s’ajoute avec l’âge. Elle est liée à la perte d’accommodation qui survient autour de 45 ans le plus souvent. En cas de myopie, elle est souvent plus tardive, mais plus précoce en cas d’hypermétropie. Elle peut se corriger par lunettes, lentilles de contact, intervention chirurgicale.

Les verres progressifs :

La correction des troubles rétractifs

1/ Les lunettes correctrices

Les lunettes peuvent avoir différentes utilités. Au dela du cas des lunettes protectrices et lunettes de soleil, leur rôle dans la correction des troubles rétractifs est le suivant :

2/ Dois-je porter mes lunettes de correction tout le temps ?

Votre correction doit être portée dans les cas constituant la gêne pour laquelle vous les avez sollicitées. Sauf cas rares, décrits dans le chapitre suivant, il n’est pas préjudiciable de ne pas porter une correction, en dehors du fait que vous ne serez pas soulagés du trouble qu’elles corrigent.

3/ Dans quelle situation est-il indispensable de porter ses lunettes de correction ?

Certaines situations relèvent d’un port OBLIGATOIRE des lunettes, parmi lesquels :

4/ Notions d’acuité visuelle et de correction optique.

La confusion est souvent faite entre acuité visuelle et correction optique.

5/ Comment lire mon ordonnance de lunettes ?

Sur votre prescription, la sphère est la valeur indiquée avant les parenthèses. Noté en négatif, elle correspond à la puissance de la myopie, notée en positif, elle correspond au degré d’hypermétropie. Les valeurs entre parenthèse correspondent à l’astigmatisme. L’axe est noté en degré (°) , sa puissance précédée d’un signe négatif (ou positif selon la nomenclature employée). Le dernier chiffre, précédé de la mention Add correspond à l’addition, valeur de la correction à apporter pour corriger la presbytie.

6/ Dois je demander une protection pour la lumière bleue ?

Le sujet de la lumière bleue est abordé dans un chapitre spécifique consultable ici.

7/ Les lentilles de contact

Le sujet des lentilles de contact est abordé dans un chapitre spécifique consultable ici.

8/ La chirurgie réfractive

Le sujet de la chirurgie réfractive est abordé dans un chapitre spécifique consultable ici.

CENTRE OPHTALMOLOGIQUE PARIS 17